top of page

De la poésie biblique

« Depuis la Bible protestante de Louis Segond (1874), et depuis la Bible de Jérusalem du côté catholique (1956), livres poétiques et livres non-poétiques adoptent des formes textuelles différentes : globalement, les livres poétiques sont traduits dans ce que le lecteur francophone identifiera comme des vers libres ou des stiques, et les livres non poétiques sont traduits en prose. La conséquence est que le lecteur qui lit la Bible en traduction, dans une traduction postérieure à 1950, en déduit logiquement que les livres dont la traduction est disposée en vers blancs sont rédigés, dans les langues originales, en vers – ce qui n’est pas le cas. »

 

Claire Placial, « Traduire la poésie biblique »



La 3e édition du festival Poestra commencera par la conférence de Claire Placial, maitresse de conférences habilitée à diriger des recherches en littérature comparée de l'Université de Lorraine. Son principal objet de recherche est la Bible, qu'elle approche sous l'angle de la traduction et de l'enseignement. Sa conférence portera sur les traductions françaises du Cantique des Cantiques.


Dans la longue histoire des traductions de la Bible, un tournant s’opère au milieu du XIXe siècle, du fait de pasteurs protestants qui décident de traduire en vers les livres poétiques, dont le Cantique des cantiques. C. Placial reviendra sur les grandes étapes de cette histoire et analysera comment chaque traduction est l’incarnation d’une lecture spécifique de ce livre biblique, liée à des considérations tant théologiques que littéraires.


Cette conférence sera accompagnée de lecture du Cantique des Cantiques en hébreu par Eran Shuali, maître de conférences en philologie biblique de la faculté de théologie protestante de l'Unistra.

83 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page