top of page
  • Penage

Viatique


 

« - Mais où donc pensiez-vous aller encore, avec ces pieds usés

Rien que tourner le coin de la maison, ou franchir,

De nouveau, quelle frontière ?


(L’enfant rêve d’aller de l’autre côté des montagnes,

Le voyageur le fait parfois, et son haleine là-haut

Devient visible, comme on dit que l’âme des morts …

On se demande quelle image il voit passer

Dans le miroir des neiges, luire quelle flamme,

Et s’il trouve une porte entrouverte derrière.

On imagine que, dans ces lointains, cela se peut :

Une bougie brûlant dans un miroir, une main

De femme proche, une embrasure ….) »


(Philippe Jacottet, Pensées sous les nuages, 1983)


« - Je ne crois pas décidément que nous ferons ce voyage » : c’est la pensée lancinante qui naît pour le poète « sous les nuages ». En écho aux paroles de l’Ecclésiaste, elle témoigne d’une existence voyageuse, donc passagère, qui laissent les « pieds usés », et décourage toute idée d’un envol au-delà des cimes, dans la lumière. « Qui sait si le souffle des humains monte vers les hauteurs ? » se demande le sage biblique (Ecc 3, 21).

Que de frontières déjà envisagées pourtant, et peut-être franchies dans ces quelques vers ! Celle que l’enfance balaie d’un regard, tandis qu’elle sépare définitivement pour d’autres le rêve de la réalité. Ces sommets sur lesquels le voyageur s’arrête pour une contemplation nimbée de victoire, comme d’une grande incertitude sur ce qui peut venir derrière. La vie réelle, pesante, telle qu’elle apparaît dans les sillons de la terre, et l’odeur de deuil qui l’enveloppe parfois, comme si l’ultime frontière qui la sépare de la mort avait cédé.

Les pensées hésitent. A tel point qu’elles se mettent entre parenthèses, au seuil du silence, se tissant là dans un demi secret, sur lequel elles viendront s’échouer faisant dire au poète : « je passe, je m’étonne, et je ne peux en dire plus ». Sobriété, retenue devant ce qui pourrait se nommer espoir, ou mieux encore, espérance. Reste le poème comme viatique. Il accompagne le passage, et en garde la trace, même infime.


Frontières est le thème du Printemps des poètes 2023, dans lequel s'inscrit le Festival Poestra et ses deux prix de poésie.


Le programme des journées du 12 au 19 mars est désormais accessible sur notre site.


Julien N. PETIT

18 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page